Littérature

Dans ma PAL #16 – Il est temps que je révise mes classiques anglophones

Hey !

J’aime les classiques de la littérature anglophone. Ce sont d’ailleurs mes préférés. Le style est souvent plus facile à lire (à mon sens et selon la période où le livre a été écrit) qu’un classique français. Du coup, j’ai rapidement eu envie d’en lire beaucoup. Je m’en suis procurée beaucoup et comme d’habitude et je n’en ai pas lu beaucoup. Il faut dire aussi que les classiques, c’est quand même spécial. Si j’en lis un alors que je ne suis pas dans le bon mood, je vais le détester alors que je pourrais adorer exactement le même classique si je le lis au bon moment. Est-ce que vous avez aussi le même problème ?
Allez, je vous présente le livre du jour !

Les Quatre filles du Docteur March de Louisa May Alcott (ebook)

Résumé :

Quatre jeunes filles doivent surmonter les difficultés de la vie quotidienne, car leur père est à la guerre et leur mère est très occupée. Les petits problèmes de tous les jours n’auront pas raison de la grande affection qui unit la famille.

Te souviens-tu quand est-ce que tu l’as acheté ?

Quand il s’agit de classique sur liseuse, c’est toujours la même chose : lorsque j’ai reçu ma liseuse il y a cinq ans. Est-ce que vous aussi vous sentez à quel point j’ai blindé ma liseuse à ce moment-là pour rien du tout ?

Pourquoi est-ce qu’il est toujours dans ta PAL ?

Manque d’envie très clairement. Il y a beaucoup d’autres classiques qui me font bien plus envie que celui-ci donc c’est vrai qu’il passe toujours à la trappe. Pourtant, de base, j’étais ultra-motivée à le lire puisque je pensais qu’il s’agissait d’une histoire à la Orgueil et Préjugés mais plus en mode « vie de famille ».

Est-ce que tu comptes le lire prochainement ?

Pas du tout. Je me suis récemment séparée de ma version papier parce que je trouvais que ça ne servait à rien d’avoir deux éditions du même livre dans ma PAL (et que je privilégie désormais une pile à lire 100% ebook). Et en lisant un chapitre du livre pour voir ce que ça donnait, je me suis vite rendue compte que je n’accrochai pas du tout à l’histoire donc il risque d’attendre encore un peu dans ma PAL (même si au final il avait l’air assez court).

Bonne semaine à tous !

XOXO,
S.

Non classé

Book Life Tag – Ma famille livresque

Hey !

En Avril, Muffinsandbooks a sorti sur son blog un tag plutôt sympa : le book life tag. J’ai trouvé le principe vraiment trop cool, le but étant de déterminer quel serait les membres de notre famille et tout ce qu’il y a autour à partir de livres. Comme j’ai beaucoup d’imagination (lol), j’ai décidé de le reprendre, j’espère que ça vous fera découvrir peut-être certains personnages qui comptent tellement à mes yeux. Allez, c’est parti !

Qui serait tes parents ?

Esmée et Carlisle Cullen. J’ai beaucoup de mal avec Twilight depuis que j’ai effectué la relecture de la saga (grosse erreur de débutant), mais j’ai toujours autant d’affection pour Esmée et Carlisle. Je trouve qu’elle dégage une aura de douceur sans précédent et lui il respecte chaque fois que vont faire « ces enfants », mais ils feront toujours passer la famille en premier. Pour moi, c’est la définition des parents parfaits !

Qui serait ta soeur ?

Delilah Bard de Shades of Magic. Elle est badass, elle sait ce qu’elle veut, mais elle vole un peu trop (bon personne n’est parfait). Ce serait la psychopathe de la famille. Je serais d’ailleurs H24 obligé de la ramener par la peau des fesses à la maison !

Qui serait ton frère ?

Celui-là, c’est celui pour lequel j’ai le moins hésité : Percy Jackson. Please, il est beaucoup trop cool, il est trop drôle et il protège plus que tout ceux qu’il aime. Tu peux pas rêver meilleur frère au monde.

Qui serait ton animal de compagnie ?

Pax (dans Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker). J’aurais un petit renard trop chou, aka l’animal parfait parce qu’il est loyal, doux et protecteur. Ouais, je trouve que c’est une bonne idée, surtout que mon animal totem est le renard donc je suis obligée d’en avoir un fictivement.

@suffering comfortably

Où vivrais-tu ?

Orgueil et préjugés. Je vivrais à l’époque victorienne en Angleterre. J’aurais le droit de mettre des jolies robes et de découvrir cette époque historique qui me fascine tant. J’avoue que j’ai longtemps hésité, mais : Panem c’est pas du tout safe, Les Belles j’ai pas envie de souffrir pour être belle et la Comté c’est cool mais il est hors de question que j’ai des pieds de hobbit tout poilus (c’est gentil mais ils sont déjà assez moche comme ça).

Où irais-tu à l’école ?

Normalement, on est d’accord que j’aurais un précepteur si je vivais à l’époque victorienne, mais ce serait une couverture pour que je puisse aller à Poudlard. De toute façon, je n’aurais pas le choix d’aller à Poudlard, mais si j’aurais adoré aller aussi à Beauxbatons. Choix le plus cornélien de ma vie, mais au moins à Poudlard, il y a des garçons, ahah !

@tumblr

Qui serait ton meilleur ami ?

Lara Jean je pense. Parce qu’elle est beaucoup trop chou et qu’elle me ferait des gâteaux à chaque fois qu’elle est dans le pétrin. En plus, c’est clairement pas le genre de filles relous. Même si elle est un peu trop à l’eau de rose, elle sait accepter les gens tels qu’ils sont et ça c’est le plus important pour une meilleure amie !

Qui serait ton âme soeur ?

Jackaby (de la saga du même nom de William Ritter), c’est sûr. Même si au bout d’un moment, je claquerais un boulon à force de devoir le surveiller. Mais son côté Sherlock Holmes en vaut bien le coup et puis il pourra me dire si j’ai une créature bizarre qui me traîne sur le coin de l’épaule.

Et vous, à quoi ressemblerez votre famille livresque ? Dites-moi tout !

XOXO,
S.

Non classé

Quatre filles et un jean de Ann Brashares

  • Titre : Quatre filles et un jean
  • Auteur : Ann Brashares
  • Editeur : Gallimard Jeunesse
  • 309 pages.
  • Résumé : Ma première s’appelle Carmen. Très attachée aux gens qu’elle aime, elle se montre parfois d’une franchise désarmante. Ma deuxième s’appelle Tibby. Si elle joue les rebelles, c’est pour mieux masquer sa grande sensibilité. Une rencontre inattendue va bouleverser sa vie. Ma troisième s’appelle Bridget. Elle est blonde, sexy, sportive, volontaire mais, au fond, si vulnérable. Ma quatrième s’appelle Lena. Elle est superbe, timide et farouche. Elle refuse souvent d’écouter ce que lui dit son coeur mais le soleil de Grèce va éveiller en elle des sentiments inconnus. Mon cinquième est un jean. Symbole de leur amitié, il va passer de fille en fille. Il les accompagnera le temps d’un été qui changera leurs vies pour toujours. Mon tout est un roman drôle, sensible, intelligent, où se mêlent subtilement les voix de quatre adolescentes qui rient, souffrent parfois, grandissent et nous séduisent.

Quatre filles et un jean est un roman que j’ai trouvé d’occasion pour 2 euros. Autant vous dire que sur le coup, j’étais bien contente puisque j’en avais entendu beaucoup de bien et que j’avais très envie de le découvrir (sans compter qu’il était tout petit donc que je me suis vraiment dit qu’il ne ferait pas long feu dans ma PAL). C’était sans compter sur mon habituel trop plein d’achat et au final il a traîné quelque chose comme quatre ans dans ma pile à lire (bravo ça c’est de la lecture rapide !). Au final, j’ai décidé de le sortir fin-mai lors de mon challenge du Loup-Garou littéraire et je suis bien contente qu’il ne soit plus dans ma PAL.

Mon avis en bref : Un livre avec beaucoup de clichés et certains problèmes selon moi.

En soi, cette lecture a été assez bizarre pour moi. D’un côté, ça se lit assez rapidement et par moment on compatit pour certaines filles mais d’un autre côté, il y avait aussi beaucoup de problématique dans ce roman. D’après moi, ce livre reste un pur produit 2002 quand on s’en fichait à l’époque d’apprendre aux filles à se respecter les unes les autres et que montrer la « réalité » était une priorité. Ca fait qu’à la fois ce livre se lit très bien mais aussi que souvent je levais les yeux au ciel en me demandant à quoi pouvait servir une remarque aussi stupide.

Quand j’ai commencé le livre, je me suis dit « Ah, obligé, je vais pouvoir le mettre dans la catégorie héros bienveillant ». Sauf que rapidement, je me suis rendue compte que pas du tout et que les filles pouvaient même se révéler assez méchantes envers les personnes qui ne faisaient pas parti de leur groupe.

Dans ce tas-là, Bridget a été la plus insupportable. Clairement, elle sait qu’elle fait une bêtise voire quelque chose d’illégale qui ne la mettra pas que elle dans les ennuis mais aussi celui qu’elle vise, sauf qu’elle s’en fiche. Et en gros, on nous explique que c’est parce qu’elle est comme ça, parce que sa mère est morte et que son père est perdu depuis avec l’éducation de ses enfants. Sauf que pour moi, ce n’est pas une excuse : elle sait puisqu’on lui répète que le mec peut avoir de gros problèmes si elle force et que lui cède et elle répond « je m’en fiche, je le veux, je l’aurais ». Sur le coup, je suis restée vraiment perplexe et elle a vite été catégorisé comme personnage profondément insupportable. Autant vous dire, qu’à un moment donné quand je voyais son nom apparaître dans les chapitres, je ne faisais que les survoler parce que j’étais exaspérée de son comportement d’enfant pourrie gâtée à qui on n’ose pas dire non parce qu’elle a vécu quelque chose de dur dans sa vie.

Carmen, à la fin du roman, a été exactement la même chose que Bridget. Au début, je compatissais vraiment pour elle parce que je comprenais que ce que son père lui avait fait ça ne se faisait pas et qu’il avait mal gérer une situation qu’il voulait éviter à tout prix. Est-ce que c’est une raison pour être une sale garce ? Non. Et je pense que c’était l’un des personnages les plus problématiques de ce roman. En gros, elle passe la majeure partie du livre à dire « je suis portoricaine et j’ai un gros cul ». Voilà. D’un côté, je peux comprendre que ça t’énerve quand tu passes ton temps à dire « oui ce mec blond aux yeux bleus c’est mon père » et que ça t’énerve encore plus quand on dit que le beau-fils ressemble bien au beau-père. Mais de là, en fait, elle envoie clairement un message ultra négatif même de la femme en fait. Et il y a un passage qui m’a particulièrement choquée lors de l’essayage de robe de mariée : « Cette robe-meringue pleine de froufrous, c’était tellement ridicule pour une mariée de plus de quarante ans qui avait déjà deux grands enfants. Le corsage était moulant et les manches courtes laissaient voir un long bout de bras de plus de quarante ans. » Donc maintenant, il faut m’expliquer pourquoi ? Pourquoi quand tu passes un certain âge on te dit « Tu dois te marier comme ça et comme ça parce que tu comprends il y a des codes à respecter ». Sauf qu’en fait, il y a zéro code, si tu as envie de te marier en robe meringue ou bohème ou charleston à vingt ou cinquante ou plus, tu as totalement le droit. C’est ton mariage et tu as encore le droit de le gérer comme tu veux. En fait, ça me saoule d’entendre que tu dois respecter des codes cachés du mariage alors que le seul code du mariage, c’est bien de te marier comme tu veux pour ne jamais avoir de regret plus tard. Voilà, merci c’est tout pour moi. Du coup, j’ai trouvé que Carmen lâchait un message ultra-négatif de la femme et des familles recomposées.

Tibby, c’est le personnage qui m’a le plus étonnée. Au tout début, je me suis dit « c’est une garce comme les autres ». Elle voulait faire un film sur les gens les plus nuls et les plus ennuyants de Bethesda. Autant vous dire qu’après Bridget et Carmen, j’étais déjà bien énervée. Sauf qu’elle rencontre Bailey. Et Bailey c’est vraiment ce qui a fait que j’ai passé un bon moment, une vraie bouffée d’air frais, à chaque fois qu’elle apparaissait j’étais contente de la retrouver. Du haut de ses douze ans, c’est elle qui fait grandir Tibby et qui lui montre qu’on ne doit jamais se fier aux apparences. J’ai même failli verser ma petite larme à la fin de l’histoire de Bailey. Du coup, à la fin, Tibby a vraiment mûri et je crois bien que c’est l’une des seules du groupe. Bon, par contre, elle est complètement frappée d’avoir mis son Cochon d’Inde mort dans le congélateur. Je vous assure qu’à ce moment-là, j’ai failli arrêter ma lecture tellement ça m’avait choquée.

Lena, c’est un peu le personnage invisible de l’histoire. Du coup, c’est presque celle que j’ai le plus apprécié parce que j’avais l’impression que c’était le seul personnage équilibré de l’histoire. Concrètement, sa péripétie se passe juste à cause d’un mentendu et il tombe vraiment bien dans l’histoire, il sonne juste. Elle a beau être la plus discrète c’est celle que j’ai préféré suivre.

Le découpage du roman m’a aussi fait un peu bizarre. Les chapitres commencent tous par une citation qui n’apportait rien selon moi et qui cassait presque le rythme de lecture selon moi. Les chapitres en eux-mêmes sont divisés entre toutes les filles ou presque. Ca m’a un peu chagrinée parce qu’à un moment donné j’étais vraiment à deux doigts de verser une larme et là, bim ! Coupure on passe à un autre personnage pour qui tout va bien dans le meilleur des mondes. A ce moment-là, niveau émotion c’était fini.

Au final, ça reste une lecture très rapide à faire, même s’il faut garder à l’esprit que ça reste très année 2000. Il faut donc vraiment garder à l’esprit que c’est un livre qui respecte les codes de cette époque et qui donc peut poser problème selon comment on va le lire. Pour moi, ça n’a pas été une franche réussite et je ne continuerai donc pas la saga.

XOXO,
S.

Littérature

Dans ma PAL #15 – La brique qui fait peur

Hey !

On a tous dans notre pile à lire, ces grosses briques qui nous font peur. Parfois, pour moi, il ne s’agit même pas d’énorme brique à proprement parler mais juste d’un univers ultra-complet dans lequel j’ai peur de ne pas arriver à me plonger. C’est sans doute la chose qui peut le plus me frustrer lors d’une lecture : avoir un univers qui est censé me transporter très loin et au final… rien du tout. Je reste chez moi à juste lire des suites de mots. J’ai déjà vécu cette expérience, notamment avec The Shadows between us de Tricia Levenseller, du coup, maintenant, j’ai vraiment peur de me plonger dans un univers fantasy. C’est triste, surtout que c’est mon genre de lecture préféré !
Allez, je vous présente le livre du jour !

Le dernier magicien, tome 1 de Lisa Maxwell

Résumé :

Arrêter le magicien.
Voler le Livre.
Sauver le futur.
De nos jours à New York, les magiciens vivent terrés dans Manhattan, piégés par le Brink, une barrière d’énergie sombre inventée par l’Ordre. S’ils la traversent, ils perdent leur pouvoir, et souvent leur vie.
C’est compter sans Esta, une magicienne ultra-douée qui récupère des artéfacts de l’Ordre en voyageant dans le temps. En effet, la jeune fille a le don de circuler à travers les époques. Et l’heure de sa grande mission est venue : elle doit se rendre en 1902 et empêcher un Magicien de se jeter du haut du pont de Brooklyn avec le Livre ancien contenant les secrets de l’Ordre. Esta saura-t-elle trahir le passé et ceux qu’elle aime pour sauver l’avenir ?

Te souviens-tu quand est-ce que tu l’as acheté ?

Je ne me souviens pas exactement, mais en tout cas, il s’agit d’une de mes acquisitions les plus « récentes ». Je l’ai acheté d’occasion sur Vinted et d’après l’application je n’ai pas dû faire d’achat depuis Avril 2019 donc le livre doit daté d’avant ça.

Pourquoi est-ce qu’il est toujours dans ta PAL ?

C’est un univers très dense avec des sauts dans les époques et je me souviens encore de Rouge Rubis de Kerstin Gier que je n’avais pas du tout aimé. En fait, j’ai peur de me perdre dans les époques, de ne pas accrocher à l’univers et donc de ne pas apprécier cette lecture à sa juste valeur.

Est-ce que tu comptes le lire prochainement ?

Je ne sais pas. En tout cas, je sais qu’à l’heure actuelle, je ne suis pas encore prête à le sortir de ma PAL. Quand le moment viendra, je sais que ça ne me dérangera pas de passer trois semaines sur cette lecture et qu’il aura toutes ses chances de me plaire !

Bonne semaine à tous !

XOXO,
S.

Non classé

Bilan 05/20 – Retour à la vie normale

Hey !

Le mois de Mai a été signe de la reprise d’une vie normale et donc du travail. Ca veut aussi et surtout dire que j’avais beaucoup moins de temps pour faire plein de choses que j’adore. J’ai donc beaucoup moins lu et beaucoup moins regarder de films et de séries. En fait, j’ai surtout le plus clair de mon temps dans mon lit à essayer de rattraper des heures de sommeil qui visiblement me manquer cruellement. Le retour à la vie réelle a été plutôt compliqué. J’espère quand même arriver à retrouver un rythme pour tenir le blog… Allez, je vous montre tout pour le bilan de ce mois-ci !

Les livres

Quatre livres achetés ce mois-ci dont deux ont été lus directement et six livres lus en tout dans le mois pour un total d’à peu près 1800 pages. Franchement ce n’est pas trop mal. Surtout en sachant qu’à la fin du mois, j’ai quand même enchaîné deux méga déception et que j’ai eu dans le mois des périodes où je n’ai pas lu pendant une ou deux semaines. Je pense que le bilan de Juin sera plus compliqué puisque mes deux dernières lectures de Mai m’ont mise dans une grosse panne de lecture. Heureusement pour moi, toutes mes autres lectures ont été des coups de coeur ou presque !

J’ai commencé le mois avec une lecture numérique en lisant Percy Jackson, tome 3 Le sort du Titan de Rick Riordan. Ca a été vraiment une excellente, excellente lecture ! Blackjack reste l’un de mes personnages préférés, il est à mourir de rire. D’ailleurs, c’est vraiment ce que je préfère dans cette saga : même dans les situations les plus critiques, il y a toujours un personnage (souvent Percy d’ailleurs) qui y met une petite pointe d’humour pour dédramatiser toute la situation !

En parallèle d’une autre lecture, j’ai lu The Tea Dragon Society de Katie O’Neill. Je vous assure que si la suite n’avait pas été si chère, je l’aurais commandé directement. J’ai tout simplement adoré cette histoire tellement adorable et pleine de message tellement positif. Je l’ai personnellement lu en anglais (et au début ça m’a fait un peu bizarre de lire de la BD en anglais), mais il est sorti en février en français et je ne peux que vous la recommander si vous voulez lire quelque chose de tout doux !

Le 16 mai, lors du début du challenge du loup-garou littéraire, je me suis jetée sur ma première lecture qui a été The Hunger Games de Suzanne Collins. Cette relecture m’a fait tellement de bien. J’avais vraiment peur de me lancer dedans et de me rendre compte que ce n’était plus du tout ce que j’aimais. Et pourtant, je crois que j’ai encore plus aimé cette relecture que ma première lecture. Je l’ai trimballé pendant une semaine mais au final il ne m’a fallu qu’une journée pour vraiment me mettre dedans et le finir. J’ai adoré et j’ai hâte de continuer cette relecture !

J’ai ensuite reçu mes deux commandes bookdesposity et l’un d’eux contenait Sheets de Brenna Thummler. Au début, j’avoue que j’ai eu un peu de mal à rentrer dedans. Je n’aimais pas trop le dessin et l’histoire c’était pas trop ça. Pourtant, à la fin, j’étais totalement accro et j’ai presque été triste en atteignant la dernière page parce que je ne voulais pas quitter Wendell et cette histoire pleine de douceur (malgré le thème abordé qui est plutôt dur). Je vous recommande ce roman graphique les yeux fermés (même si malheureusement, il n’a pas encore été traduit en français) !

The Shadows between us de Tricia Levenseller, c’est le livre que je me trimballe depuis fin Mars. Je n’en pouvais juste plus à la fin. Il m’aura fallu deux mois pour lire un livre assez petit au final. Cette histoire ne l’a absolument pas fait pour moi et je suis triste que Alessandra ne soit pas plus poussé commen anti-héros. On dirait vraiment que l’auteur avait peur qu’on la déteste alors que j’aurais adoré la détester.

Dernière lecture du mois puisque depuis je suis en grosse panne de lecture. Il s’agit de Quatre filles et un jean de Ann Brashares. En fait, ce bouquin pour moi, c’est un livre très « année 2000 ». On y voit vraiment les codes de ces années-là. Personnellement, ça ne m’a pas plu et j’ai trouvé ça assez problématique par moment. Outre ça, aucune des quatre filles n’a réussi à vraiment capter mon attention donc il est certain que je ne continuerai pas la trilogie.

Les films

Ce mois-ci, je n’ai pris le temps de ne regarder que deux films. Je pense que je vais me rattraper le mois prochain, parce qu’avec ma relecture de Hunger Games, j’ai tellement envie de revoir les films et de pleurer à nouveau toutes les larmes de mon corps pour Rue. Au final, les films que j’ai regardé mon bien aidé à vider encore un peu plus ma liste Netflix et je pense que ça va être la même chose le mois prochain.

  • Cowspiracy : 4/5
  • What the health : 4,5/5

Les séries

Quatre séries vus ce mois-ci dont deux que j’ai réussi à terminer. J’avance doucement mais sûrement dans mon idée de vider ma liste Netflix mais au final, c’est un peu plus laborieux que ce que j’imaginais. Je pense que mon objectif trimestriel était un peu plus compliqué que ce que je pensais. Oupsi !

J’ai commencé un nouveau drama ce mois-ci. Il s’agit de Best Lover, disponible sur Netflix. J’adore plus que tout le personnage de Hwan-Young Chae qui est arrogante à souhait et j’apprécie de plus en plus au fil des épisodes Pil-Seo Kim. Ce drama comporte 12 épisodes et je l’ai donc fini ce mois-ci. On est pas frustrée par la fin mais j’avoue que Hwan-Young Chae va me manquer.

En parallèle, j’ai continuer à regarder Top Chef, saison 11, sur M6. J’ai regardé les trois épisodes disponible ce mois-ci (vu que je n’arrivais pas à accéder au quatrième en replay). Après le confinement, on recommence avec des épisodes beaucoup trop long à mon goût et je commence doucement mais sûrement à lâcher. Je regarde de moins en moins l’épisode pour faire autre chose en même temps. Ca s’essouffle et il est vraiment temps que la saison se termine.

Evidemment, vous vous en doutez mais j’ai fini la saison 4 de Murder. J’ai regardé les neuf derniers épisodes ce mois-ci. Le début de saison m’avait assez peu convaincue, mais je vous avouerai que la suite m’a conquise et que bien sûr je n’ai pas pu lâcher la série lors des derniers épisodes. Et grande surprise pour moi : je me suis mise à adorer Bonnie. J’ai tellement hâte de me mettre à fond dans la saison 5, la dernière de disponible sur Netflix.

Sur le coup, je me suis dit qu’il me fallait un break, mais après avoir fini mon drama, je me suis tournée évidemment vers la saison 5 de Murder. Il s’agit de la dernière saison disponible sur Netflix donc après ça, je vais devoir attendre pour regarder la sixième saison. Pour le moment, je n’ai vu que les deux premiers épisodes de la saison mais j’ai hâte d’en savoir plus !

Et vous, qu’avez-vous lu ou regardé ce mois-ci ? Est-ce que vous avez déjà lu l’un de ces livres ? Vu un de ces films ou une de ces séries ? Qu’en avez-vous pensé ? 

XOXO, 
S.

Non classé

Les étoiles de Noss Head #2 Rivalités de Sophie Jomain (illustré par Marie-Laure Barbey-Granvaud)

  • Titre : Les étoiles de Noss Head #2, Rivalités
  • Auteur : Sophie Jomain (illustré par Marie-Laure Barbey-Granvaud)
  • Editeur : France Loisirs
  • 350 pages.
  • Résumé : Pour moi, une nouvelle vie commençait : l’université à St Andrews avec Leith, mon petit ami loup-garou. J’avais espéré que le calme était revenu, que je vivrais ma première année de fac comme n’importe quelle jeune fille, ou presque. Douce utopie, rien ne se passe jamais comme on le voudrait.
    Il fallait qu’ils se fassent la guerre, c’était plus fort qu’eux. Leur haine ancestrale allait les pousser à bout. J’étais dépassée.
    Je n’en avais aucune idée alors, mais les forces qui devraient s’affronter allaient au-delà de tout ce qu’on peut imaginer.
    J’étais au moins sûre d’une chose : tôt ou tard, je paierais les pots cassés. Peut-être même que je ne m’en sortirais pas indemne.

J’ai acheté Les étoiles de Noss Head en version illustré il y a de ça deux ans. J’avais complètement craquer pour le hardback et les illustrations. Malheureusement, comme d’habitude, je n’ai pas lu de résumé et donc je me suis faite avoir avec une histoire de genre Fantastique (et je commence à savoir maintenant que ce n’est pas fait pour moi) avec des loup-garous et bien sûr, j’ai acheté tout de suite les deux tomes disponibles. N’empêche que je ne m’attendais pas du tout à ça puisque j’avais adoré Sophie Jomain et son écriture dans Pamphlet contre un vampire, mais là à la lecture du tome 1, j’avais garder une note amère dans la bouche. Malgré tout, je me suis dit que j’avais le tome 2 donc que j’allais tenter de le lire par acquis de conscience et encore une fois, ça ne l’a pas du tout fait.

Mon avis en bref : Des personnages insupportable.

Commençons cet avis par une note méga positive : les illustrations. J’ai adoré les illustrations et le style de Marie-Laure Barbey-Granvaud. Il est génial et j’adore tout simplement le coup de crayon et la palette de couleurs qu’elle a utiliser. Heureusement d’ailleurs que ces dessins sont là parce qu’ils permettent quand même de fluidifier la lecture et de faire passer plus vite les pages. Je vous assure que j’étais vraiment heureuse quand je voyais une double page illustrée.

En soi, Les étoiles de Noss Head #2 n’a pas été non plus une lecture abominable. Ce serait un mensonge. Il y avait des passages où j’appréciais ma lecture et j’étais contente de le lire. Le problème, c’est qu’à chaque fois que je lisais un passage vraiment sympa, bah il était presque immédiatement gâché par un élément qui me faisait lever les yeux au ciel. En fait, c’est une histoire qui est quand même ultra-cliché. Quelque part, je comprend : la première édition du livre a été faite en 2010 et c’était une période ultra « vampire, légende, loup-garou ». Donc ces clichés étaient classiques pour la période de parution. Et je comprend aussi totalement que des personnes, peut-être plus jeune que moi, veulent encore lire ce genre de sagas. Le problème, c’est que moi, j’ai grandi avec Twilight de Stephenie Meyer. Pour moi, c’est ma saga de référence en bit-lit et le problème c’est que dès quelque chose ressemble à cette histoire ça me bloque.

Et ça me bloque principalement parce que dans ma tête, il y a tout de suite un parallèle qui se fait. Bella et Hannah sont deux humaines qui tombent amoureuse d’une créature fantastique. Elles sont toutes les deux insupportables. Dans Noss Head, ils jouent au rugby et dans Twilight au base-ball. Edward et Leith ont tous les deux un côté surprotecteur. Les deux humaines sont tous le temps en danger par la même catégorie de créatures fantastiques que celle dont elles sont amoureuses parce qu’elles ne respectent pas les codes de la société. Bref, c’est autant de choses où personnellement, pour moi, c’est du vu et revu et du coup, ça ne m’impressionne plus malheureusement. Et au-delà de ça, à certains moments, j’ai vraiment vu des morceaux d’histoire où bah j’aurais pu les transposer sur Twilight comme le coup de la boutique où Hannah tombe forcément sur le livre dont elle a besoin. C’est dommage, mais malheureusement je pense que je n’étais plus le public visé.

En revanche, j’ai bien apprécié la découverte des légendes. C’était assez intéressant et très fouillé. Comparé à Twilight (encore une fois), là on est sur quelque chose de plus travailler avec des sous-catégories de loup-garous et de vampires. C’est plutôt bien trouvé pour donner un soupçon d’originalité. Après, comme je le lisais surtout pour le sortir de ma PAL, entre le tome 1 et le tome 2, j’avais oublié plein de détails caractéristiques sur les loups et j’étais un peu perdue dans tout ça. Mais je pense que si on attend pas autant que ce que j’ai fait, c’est vraiment une particularité très agréable du livre.

Au niveau des personnages, l’un comme l’autre, je les ai trouvé insupportable en général. Leith est surprotecteur mais en plus il ne dit rien à Hannah. Tout le long du roman, Leith lui dit de ne pas sympathiser avec un personnage parce qu’il est dangereux. Point. Zéro explication sur pourquoi il est dangereux. Et après il s’étonne de la voir aller quand même parler au-dit personnage. Mais sincèrement, même moi avec si peu d’explication, je serais aller voir cette personne parce que sans explication c’est juste un vieux conflit que plus personne ne comprend et dont on se fiche. En même temps, Hannah m’a aussi clairement exaspérée. Elle ne pousse jamais Leith a lui donner des explications, elle ne force pas parce qu’elle a toujours peur de la confrontation et de perdre Leith. Pour moi, c’est tout sauf sain comme relation, ils sont en mode « on est des âmes soeurs », mais surtout des âmes soeurs qui ne se parlent pas et qui ne cherchent jamais à régler les problèmes.

Au final, je pense sincèrement que si j’avais lu ce livre en 2010 ou 2012, j’aurais vraiment adoré et apprécié ma lecture ou même si j’avais lu cette histoire avant Twilight. Là, le problème c’est que 10 ans ont passés. En 10 ans, les codes ont complètement changés et j’ai complètement changé. Ce genre d’histoire ultra-cliché n’est plus du tout ce que j’aime lire et malheureusement, il en faut beaucoup pour arriver à m’impressionner avec ce genre d’histoire.

XOXO,
S.

Littérature

Dans ma PAL #14 – Ma PAL mangas me semble immense

Hey !

Quand je regarde mes bibliothèques, juste en face de mon lit, je vois toujours une étagère en particulier : celle des poches. Enfin, l’étagère des poches est surtout remplie à moitié de mangas. C’est vraiment une « mauvaise » habitude que j’ai prise. A chaque fois que je vois les mangas de ma pile à lire, je me dis « c’est bon, autant prendre un roman, de toute façon, les mangas, je vais les lire ultra rapidement et je n’en aurais bientôt plus dans ma PAL ». Ouaip, sauf que ça fait un ou deux ans que je me dis ça et que ma pile à lire de mangas ne baissent jamais ou presque.
Allez, je vous présente le livre du jour !

Elle & lui, vol. 4 de Masami Tsuda

Résumé :

L’ambiance est de plus en plus froide dans la classe de Miyazawa. Ses anciennes copines ne lui pardonnent pas son hypocrisie et cela se gâte lorsqu’une amoureuse transie de Soïchiro revient de l’hôpital. Dure bataille !

Te souviens-tu quand est-ce que tu l’as acheté ?

Ca fait un paquet d’années, je devais être en tout début de collège. Mais pour ma défense, j’ai remis cette série dans ma PAL parce que j’avais envie de la relire, donc elle a déjà été lu une fois même si je n’en ai plus aucun souvenir ahah !

Pourquoi est-ce qu’il est toujours dans ta PAL ?

Depuis que je me suis dit que j’avais envie de le relire, je n’ai en fait jamais pris le temps de vraiment le faire. Donc il traîne, il traîne, jusqu’à ce que je lise un énorme pavé et que je me dise qu’un manga entre deux briques ce serait plutôt cool.

Est-ce que tu comptes le lire prochainement ?

Oui, normalement au moment même où sera publié cette article, je devrais déjà l’avoir lu. Dans mes objectifs trimestriels, j’avais dit que je voulais me faire un marathon 1 jour, 1 livre, justement pour vider toute cette PAL de mini-livres que j’avais et ainsi faire de la place (sans compter que je vais faire baisser drastiquement ma PAL avec tout ça) donc normalement il devrait être lu en Juin.

Bonne semaine à tous !

XOXO,
S.

Littérature

5 sagas que j’ai beaucoup trop envie de finir – Edition Juin 2020

Hey !

Début avril, je vous avais fait un article sur ces 5 livres qui me font hyper envie dans ma PAL. Eh oui, comme je ne fais plus de pile à lire mensuelle, il fallait bien que je remplace cet article par quelque chose. Au final, j’aime bien ces articles « top 5 » parce qu’ils me permettent de fouiller dans ma PAL et de redécouvrir certaines pépites. Bref, ce mois-ci je vais vous présenter 5 sagas que j’ai tellement envie de continuer/finir. Elles sont dans ma pile à lire depuis des plombes pour la plupart et je n’arrive pas à avancer dans la plupart parce que souvent je n’ai pas la suite de tomes ou pour une raison totalement obscure. Allez, c’est parti, je vous présente tout ça !

On commence fort et même très fort avec LA (je dis bien LA) saga que j’ai le plus envie de continuer et de finir de cette sélection. J’écris cet article début Mai et je vous assure que dès la fin du confinement, je courre en librairie me procurer la suite. Il s’agit de Jackaby de William Ritter. Quand je vous dis que ce livre est exceptionnel, déjà regardez un peu la couverture, c’est surtout parce que c’est du fantastique et il faut savoir que jusqu’à présent tout ce que j’ai lu en fantastique, soit j’ai détesté soit j’étais en mode bof bof. Là, en finissant le premier tome de Jackaby, j’étais tombée amoureuse de Jackaby et de son petit côté Sherlock Holmes et j’étais tombée sous le charme de l’écriture et de l’histoire. Conclusion : je veux la suite au plus vite. A l’heure actuelle, je n’ai lu que le tome 1 sur les 4 sortis et la saga est terminée donc je n’ai aucune excuse pour ne pas avancer dans cette saga d’amour !

Percy Jackson de Rick Riordan, c’est la saga que j’ai vraiment commencé après tout le monde et que je traîne depuis des plombes, la pauvre je lui en fais voir de toutes les couleurs. Depuis Janvier 2016, je n’ai lu que trois tomes (et le troisième lu tout début Mai), autant vous dire que j’ai du Rick Riordan jusqu’à la fin de ma vie dans ma pile à lire. Pourtant, à chaque fois que je lis un tome, je passe toujours un excellent moment. Je suis rapidement happée par l’histoire et j’adore l’humour de Percy même dans les situations les plus déséspérées. J’espère lire bientôt les tomes 4 et 5 pour boucler cette première saga de l’univers Riordan et passer à la suite (oui parce que j’ai déjà les 4 premiers tomes des Héros de l’Olympe dans ma PAL, oupsi…).

La prochaine saga, c’est Skyward de Brandon Sanderson et vous savez quoi ? Je n’étais même pas au courant avant Janvier/Février 2020 que le tome 2 de cette saga était sorti depuis Novembre 2019… Alors que je l’attendais avec impatience. Je suis un boulet. Bref, j’ai tellement envie de continuer cette saga. Je suis tombée amoureuse de l’univers et de la manière d’écrire de Brandon Sanderson (notons bien que c’est le seul auteur à t’insérer une romance de manière correcte, je vous jure que ça m’a fait un choc). Le seul truc qui me freine, c’est que quand je vais le commander, il va mettre sûrement trois semaines à arriver (comme je vais le commander sur Bookdepository) et j’ai peur de le laisser traîner dans ma PAL des plombes parce que l’envie de le lire sera passer. A voir quand je sauterai le pas parce que je ne pourrais plus attendre !

Que serait un top 5 sans du V.E. Schwab ? Rien. Que sera ma vie quand j’aurais lu tous les V.E. Schwab ? Rien. Ici, je vais vous parler de la saga Shades of Magic de V.E. Schwab donc. Aaaaah, cette saga ! Si vous suiviez le blog l’année dernière (et plus particulièrement les PALs mensuelles), vous l’avez beaucoup vu passer ! Beaucoup trop d’ailleurs. J’ai fini le second tome en Janvier 2020 et bien sûr maintenant que toutes les librairies sont fermées, je m’achèterai bien le tome 3 pour finir cette trilogie. C’est sûr qu’elle y passera bientôt parce qu’en plus j’ai hyper envie de découvrir Vicious et je ne peux pas le faire sans avoir terminé cette saga (rapport à mes problèmes psychologiques, mon control freak, etc.). Tellement hâte en plus de retrouver Kell et Delilah pour un dernier tour de piste (et surtout que j’ai vu des avis qui disaient que le final était plutôt explosif !).

Dernière saga à vous présenter et il fallait bien que je finisse sur quelque chose de trop chou et adorable : To all the boys de Jenny Han. Cette saga, c’est une guimauve. Voilà, j’ai rien d’autre à dire, il n’y a pas moyen de mieux la décrire. Ce n’était pas un coup de coeur quand je l’ai lu, mais j’ai adoré quand même. Il y avait énormément de réflexions hyper intelligentes sur ce qu’est une relation, une relation saine entre deux personnes. Et Lara Jean est juste la personne la plus chou au monde, on ne peut pas ne pas craquer pour elle et sa naïveté sans limite. En plus, je viens d’apprendre (heureusement que je me renseigne bien ahah) qu’il ne s’agissait « que » d’une trilogie. Au début, j’étais un peu frileuse parce que j’avais l’impression que cette saga était sans fin mais en fait, ça va. Il y a donc de fortes chances pour que je la continue très très prochainement !

Est-ce que vous avez lu l’une de ces sagas ? Qu’est-ce que vous en avez penser ? Quels sont les sagas qui vous font hyper envie en ce moment ?

XOXO,
S.

Non classé

The Shadows between us de Tricia Levenseller

  • Titre : The Shadows between us
  • Auteur : Tricia Levenseller
  • Editeur : Feiwel and Friends (VO anglaise)
  • 324 pages.
  • Résumé : « They’ve never found the body of the first and only boy who broke my heart. And they never will. »
    Alessandra is tired of being overlooked, but she has a plan to gain power: 
    1) Woo the Shadow King.
    2) Marry him.
    3) Kill him and take his kingdom for herself. 
    No one knows the extent of the freshly crowned Shadow King’s power. Some say he can command the shadows that swirl around him to do his bidding. Others say they speak to him, whispering the thoughts of his enemies. Regardless, Alessandra knows what she deserves, and she’s going to do everything within her power to get it. 
    But Alessandra’s not the only one trying to kill the king. As attempts on his life are made, she finds herself trying to keep him alive long enough for him to make her his queen–all while struggling not to lose her heart. After all, who better for a Shadow King than a cunning, villainous queen? 
    « Tricia Levenseller’s latest, The Shadows Between Us, is a decadent and wickedly addictive fantasy, full of schemes and court intrigue, and delightful descriptions of food, which I am always a fan of. » –Kendare Blake, #1 New York Times bestselling author of the Three Dark Crowns series

J’ai reçu ce livre dans ma Fairyloot de Mars (enfin celle de Mars que j’ai reçu en Mai, merci le Covid) et quand j’ai lu le résumé, j’étais déjà en train de me dire que ça pouvait être une lecture vraiment sympa. Quand j’ai vu l’auteur, je me suis dit « Chouette, moi qui voulait découvrir cette autrice ». Et quand j’ai lu la lettre de l’autrice, j’étais conquise, il n’y a pas d’autres mots : un personnage féminin Badass à la Catherine de Médicis, une intrigue à la court avec des tenues à couper le souffle et de la manipulation à gogo, et des anti-héros de partout. Je me suis jetée sur le livre dès que je l’ai reçu.

Mon avis en bref : Hyper déçue par cette lecture que j’espérais être un coup de coeur.

Les cinquante à quatre-vingt premières pages ont pourtant tenu toutes leurs promesses, j’étais accro et je sentais que ce livre allait être un coup de coeur. Alessandra est une fille égoïste à souhait, manipulatrice et elle sait comment obtenir ce qu’elle veut. On la voit échafauder des plans et les mettre en action lors de sa première venue au bal du roi. J’ai beaucoup aimé cette partie du roman parce que je retrouvais vraiment ce qu’on m’avait promis dans le résumé.

Sauf que, comme on s’en doute, le roman ne s’arrête pas au bout de quatre-vingt pages et c’est là que ça se gâte. Le caractère d’Alessandra s’adoucit d’un coup et on la voit tomber amoureuse du jour au lendemain. C’est là que c’est devenu insupportable. En fait, j’ai eu l’impression que l’autrice forçait le changement de caractère pour provoquer une romance un peu nian-nian et très basique. Et comme si la romance ne suffisait pas (vous le savez mais j’ai vraiment du mal avec la romance, sauf si elle est bien amenée), l’autrice force en rappelant de temps à autre que « nan nan mais en fait Alessandra veut toujours tuer le roi ». Je trouvais que c’était de trop et absolument pas naturel : pendant trente pages on la voit dire qu’elle ne supporterait pas qu’on fasse du mal au roi et après pendant un paragraphe elle se dit « tiens et si j’allais chercher de quoi faire un bon poison pour tuer le roi ? Ouais, c’est une bonne idée, go ! ». Spoiler alert : c’est une mauvaise idée.

A côté de ça, on a une sous-intrigue avec Hektor, le premier amour d’Alessandra qu’elle a tuer. Cette sous-intrigue était tellement inutile de mon point de vue, surtout vu comment elle se termine. Comment ça s’est soldé cette histoire, je me suis dit que autant ne rien faire. La fin est facile et n’apporte rien à l’histoire. Perso, j’apprend que t’as tuer ton ex, j’y regarder quand même à deux fois avant de t’épouser, sait-on jamais… Sauf que c’est vrai que le roi a des « ombres » autour de lui (Shadow King, you know what I mean ?).

Voilà, bienvenue dans le petit morceau de fantasy de cette histoire. Ce n’est qu’à la moitié du roman qu’on apprend ce que sont ces fichues ombres parce que sinon, on est paumé tout le long du bouquin. Ca m’a vraiment énervée de devoir attendre si longtemps avant de comprendre à quoi servent ces trucs qui tournent autour du roi. Mais le pire, c’est visiblement, personne ne se pose la question dans le bouquin. Et alors, le pire du pire, ça a été qu’on apprend encore des choses sur les ombres à quelque chose comme cinquante pages de la fin du livre. Je vous assure qu’à ce moment-là je me suis dit que ça ne servait plus à rien de nous donner ce genre d’informations.

Au niveau des critiques, j’avais vu des personnes dirent c’était assez lourd le fait qu’il y ait tout le temps des descriptions des tenues d’Alessandra (et parfois d’autres personnages). Personnellement, ce n’est pas ce qui m’a le plus dérangée. Au contraire, ça a donné un peu de substance au personnage d’Alessandra : on y voit clairement qu’elle est superficielle (et avec certaines descriptions, carrément méchante voire jalouse). En un coup d’oeil, elle est capable d’aller jusqu’à trouver la matière d’une tenue et elle peut vous décrire tout le physique d’un personnage. Pourtant, c’est bizarre, mais à la fin du roman je me suis rendue compte que je n’avais aucune image mentale d’aucun personnage au-dessus du buste. A l’heure actuelle, je n’ai toujours aucune idée d’à quoi ressemble le Shadow King ou Alessandra.

Au final, le Shadow King est vraiment le personnage que j’ai le plus apprécié parce qu’il a beau être « méchant », il n’en reste pas moins qu’il a beaucoup plus de substances et d’équilibre qu’Alessandra. Je crois que j’aurais adoré avoir une alternance de chapitres entre son point de vue et celui de Kallias.

La fin, quant à elle, est ultra prévisible. Les cent dernières pages ont presque été une torture pour moi, je ne les voyais pas avancer. J’en étais vraiment à un stade où je me disais « ce serait vraiment trop cool que Kallias tue Alessandra ». Je vous assure qu’avec un plot twist comme celui-là j’aurais mis cinq étoiles au roman rien que pour cette fin.

Bref, pour moi, c’est un livre qui peut être apprécié si on en attend pas trop ou si on ne lit pas de lettre de l’autrice (qui dit bien qu’il s’agit d’une romance entre Serpentard, voilà pourquoi j’ai été tellement déçu). Il faut aussi vraiment le lire comme une romance et pas comme un livre de fantasy parce que l’univers est… absolument jamais décrit donc on doit se débrouiller avec les moyens du bord.

XOXO,
S.

Littérature

Dans ma PAL #13 – Il me tente bien celui-ci

Hey !

En ce moment, j’ai de plus en plus envie de lire des classiques. C’est bizarre parce que les classiques, et qui plus est les classiques français, ont toujours été loin de m’attirer. C’est peut-être parce que ça fait longtemps que je n’en ai pas lu mais là je ressens vraiment le besoin de me plonger dans un classique. N’empêche que souvent, on ne nous facilite pas la tâche avec d’énormes briques plus ou moins compliqué à lire…
Allez, je vous présente le livre du jour !

Notre-Dame de Paris de Victor Hugo (ebook)

Résumé :

Dans le Paris du XVe siècle, une jeune et superbe gitane appelée Esméralda danse sur le parvis de Notre Dame. Sa beauté bouleverse l’archidiacre de Notre-Dame, Claude Frollo, qui tente de l’enlever avec l’aide de son sonneur de cloches, le malformé Quasimodo. Esmeralda est sauvée par une escouade d’archers, commandée par le capitaine de la garde Phoebus de Châteaupers…

Te souviens-tu quand est-ce que tu l’as acheté ?

Comme d’habitude, j’ai envie de vous dire. Lorsque j’ai acheté ma liseuse, il y a maintenant six ans. Le domaine public m’ouvrait grand les bras et je n’ai pas su résister à l’appel de tous ces livres qui ne demandaient qu’à être découvert !

Pourquoi est-ce qu’il est toujours dans ta PAL ?

Parce que quand tu charges une centaine de livres en une fois sur ta liseuse c’est dur de tout lire surtout quand ta PAL physique ne fait que t’appeler parce que tu arrives mieux à te souvenir de ce qu’il y a dedans.

Est-ce que tu comptes le lire prochainement ?

Je dirais peut-être pas dans l’immédiat parce qu’il y a d’autres classiques qui m’appellent (notamment Jane Austen et plus particulièrement une relecture de Orgueil et Préjugés), mais celui-ci me tente quand même pas mal donc il risque de bientôt sortir de ma PAL !

Bonne semaine à tous !

XOXO,
S.