Non classé

Illuminae, Dossier Obsidio – 03 de Amie Kaufman & Jay Kristoff

  • Titre : Illuminae, Dossier Obsidio – 03
  • Auteur : Amie Kaufman & Jay Kristoff
  • Editeur : Casterman
  • 631 pages.
  • Résumé : Rebelles comme Kady, Ezra, Hanna et Nick, ou simple officier enrôlé par BeiTech comme Lindstrom, réfugiés à bord du vaisseau Mao ou résistants sur la planète Kerenza… Tous attendent l’ultime combat. Mais personne n’imagine un instant comment Aidan, l’intelligence artificielle la plus imprévisible de l’espace, a décidé de jouer le dernier coup de la partie.

J’avoue ne pas avoir eu spécialement envie de lire ce dernier tome de prime abord. Pas du tout parce que je n’avais pas aimé les tomes précédents (qui ont tous deux été des coups de coeur !), loin de là ! Plutôt parce que je crois que je voulais un peu me forcer à finir des sagas et j’ai donc pris celui-ci en me disant que même si c’était une grosse brique, ça se lisait plutôt rapidement. Et même si j’ai eu un peu de mal à rentrer dedans au début. La fin m’a laissé sur un coup de coeur magistral !

/ATTENTION ! Cette chronique peut possiblement contenir des spoilers des autres tomes./

Mon avis en bref : Un tome qui finit parfaitement cette sublime trilogie !

Sans vous mentir, j’ai mis presque 400 pages à rentrer dedans. Ca peut paraître long mais je pense que le problème venait surtout de moi. J’avais vraiment pris l’habitude des débuts survoltés des autres tomes et je croyais que j’allais à nouveau tomber aussi vite dans cet univers. Le problème c’est que ce tome-ci met plus de temps à se mettre en place parce qu’il sert un objectif précis et qu’on ne peut y arriver qu’en passant par ces 400 pages un peu longues et explicatives. On a presque besoin de certains événements un peu ennuyant pour arriver à certains événements capitals pour l’histoire.

La fin justement, parlons-en. J’ai cru que j’allais mourir. Impossible de lâcher le livre pendant les 230 dernières pages. Impossible. Les rebondissements s’enchaînaient et j’avais vraiment toujours envie de savoir la suite. Même si certaines petites choses semblaient un peu invraisemblables, j’ai tout de même été choqué de certains retournements de situation. Comme dans le tome 1, mon cerveau a fait des loopings pour tout comprendre, mais je n’ai pas non plus été perdu comme dans le tome 2 où on se perdait presque en explication. Il y a eu plein de moments où j’étais en mode « Nan… Nan ! C’est pas vrai ?! … Ah nan c’est pas vrai, ouf ! Oh punaise si en fait c’est vrai ! ». J’avais aussi beaucoup envie de pleurer mais ça n’allait jamais assez lentement pour vraiment arriver à me tirer une larme. Tout s’enchaîne à une de ces vitesses, impossible de voir les pages défilaient à la fin. Lorsque j’ai tourner la dernière page, j’étais à bout de souffle mais satisfaite de cette fin de saga.

Au fil des tomes, je me suis quand même rendu compte de quelque chose : j’aimais de moins en moins les analyses de vidéosurveillance. Je les trouvais de plus en plus longues et de moins en moins intéressantes au fil des tomes. Après, je pense qu’on peut très largement l’expliquer. Notamment, par le fait d’une chronologie. Le procès BeiTech se rapprochant, il fallait aller de plus en plus vite dans ces analyses, mais du coup, pour moi, on perd un certains charmes. Dans le premier tome, je riais ou souriais à pratiquement chaque analyse, dans le tome deux un peu moins mais ça allait encore (sans doute parce que j’adorais Hannah donc tout passait), mais dans le tome trois, je trouvais vraiment que les analyses étaient longues et ultra factuels. Pour moi, on perd vraiment ce charme de l’analyse, certes factuels mais avec ce petit côté subjectif qui faisait tout le charme en fait. En revanche, j’ai adoré apprendre qui était vraiment les analystes, leurs identités étaient juste au top et je n’aurais pas vu d’autres (et particulièrement un autre) personnages faire ces analyses.

Au niveau des personnages… Eh bien comme d’habitude, j’ai un problème : j’adore m’attacher aux méchants. Ici, dans ce roman spécialement, on a vraiment toute une panoplie de personnages et je pense qu’il est impossible de ne pas s’attacher à certains d’entre eux. Hannah et Nik (séparément parlant) restent mes petits chouchous avec AIDAN évidemment. J’ai adoré cette intelligence artificielle parce qu’à la fois elle a des données donc elle prend des décisions d’une logique imparable que nous, en tant qu’humains, on ne pourrait jamais prendre sans en faire un cas de conscience, mais au fil des tomes AIDAN s’est vraiment développé (je trouve d’ailleurs que c’est l’un des personnages qui s’est le plus développé) pour presque toucher à l’humain, pour gagner cette sensibilité que seul un humain peut avoir. J’ai évidemment aussi adoré l’escouade BeiTech, un peu moins Lindström. Pour moi, Baron et plus particulièrement Oshiro font parti de ces personnages que l’on voit peu mais qui ont quand même une grande profondeur.

Je dirais que si le livre (et cette saga en général) a un défaut, c’est celui de ne pas vouloir faire mourir des personnages « populaires ». Au final, j’ai l’impression que les auteurs ont toujours cherché une solution plus ou moins farfelue pour faire renaître des personnages qui auraient dû mourir. Alors pour certains, notamment pour mon délinquant préféré, il y a une excuse plutôt drôle et qui, du coup, passe encore, même si c’est assez limite. Par contre, pour d’autres, ça devient vraiment dur de croire que le personnage a pu survivre. Je veux dire que quand une balle traverse de part en part un corps d’enfant, oui c’est triste, mais quelles sont réellement les chances de survie de cet enfant ? Pour moi, elles sont quasiment nulles, voilà. Alors quand je l’ai vu revenir, j’étais là genre… « Dafuck ?! ». Au vu des moyens qu’ils avaient sur place, du temps qu’ils avaient, de la blessure et du sang que cet enfant perdait, il n’aurait jamais dû survivre. Au final, il n’y a eu qu’un seul personnage que j’adorais et qui est mort (je vous jure que j’étais triste mais que je m’attendais à le voir revenir à tout moment), et encore c’était un « méchant » donc on va me dire « tant mieux qu’il soit mort ! », mais il ne le méritait vraiment pas.

Pour moi, ce roman est vraiment intelligent parce que pour des ados, il fait un premier parallèle avec les guerres bien connues. Souvent, dans une guerre, on a tendance à dire « Eux c’était les gentils et eux les méchants ». Sauf que souvent c’est bien plus compliqué que cela. Et je trouve que ce roman l’explique parfaitement à un moment donné. D’accord, certaines personnes font ces mauvaises actions par choix mais d’autres, et il s’agit souvent de la grande majorité, ne décident pas de faire ce qu’ils font. Ils obéissent aux ordres, ils font ce pourquoi on les paye et souvent ils se retrouvent coincés dans une situation à laquelle ils ne souhaitaient pas être mêlés.

Ce que j’ai aussi beaucoup aimé, c’est cette nuance que l’on fait. Ici, on ne dit pas que tout le monde est gris, mais qu’il y a bien des gentils, des méchants (et beaucoup qui ne sont pas là par choix, dans un camp comme dans l’autre), mais qu’il y a aussi le monstre. Le monstre représente vraiment, selon moi, ce facteur un peu incontrôlable, ce que personne ne maîtrise. Dans la plupart des situations, je voyais le monstre comme le hasard plus que comme une entité qui décidait elle-même. Le hasard qui amène une situation et qui fait qu’on se bat les uns contre les autres dans une même équipe plutôt que de rester soudés dans l’adversité.

En bref, c’est vraiment une saga que je vous recommande de lire à 100%. Vous ne pourrez que être transportez dans un autre univers et adorer ! Si vous arrivez à lâcher l’un de ces romans avant la fin, je mange mon chapeau ! (Et puis lire un pavé de 600 pages en 3 jours ça fait toujours du bien à l’égo.)

XOXO,

Sarah

Un commentaire sur “Illuminae, Dossier Obsidio – 03 de Amie Kaufman & Jay Kristoff

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s